Hypnose Elmanienne et Hypnose Ericksonnienne

Pour mieux comprendre une discipline, il est intéressant de se pencher sur ses différentes approches. La mouvance de Milton Erickson a été largement développée aux USA et plus encore en Europe. Il est considéré comme le père de l’hypnose moderne.

Milton Erickson était un médecin psychiatre. Alors que la pratique de l’hypnose était interdite, il mit de côté les inductions classiques et développa une hypnose de type « conversationnelle » par laquelle il opérait par des suggestions sous forme de métaphores, analogies et récits.

Dave Elman (1900-1967) n’était pas médecin ce qui explique probablement le fait qu’il soit moins connu du grand public en Europe que Milton Erickson. D’ailleurs, il existe peu d’écoles qui proposent sa formation. Néanmoins, à son époque il était reconnu comme formateur auprès des dentistes et des chirurgiens. Il enseignait une méthode rapide pour mettre les patients dans des états suffisamment profonds pour que les interventions puissent se faire sans douleur.

Dave Elman va s’intéresser à l’hypnose pour soulager son père atteint d’une maladie chronique. Auteur du livre « Hypnotherapy », cette transe hypnothique fait partie des premières transes profondes exploitées dans un cadre thérapeutique.

C’est Gérald Klein qui mettra en avant ses travaux et, dans les années 70, créa l’école Omni Hypnosis en Floride. Il forma de nombreux praticiens, dont Christophe Pank, basé à Paris, auprès duquel je me suis formée après quelques années de pratique en hypnose ericksonienne.

Klein a réussi à structurer la méthode développée par Elman pour proposer une dynamique effective dans le cadre d’un suivi thérapeutique par l’hypnose.

A partir de cette pratique, il observe que les niveaux de transe sont variables et que la thérapie doit pouvoir utiliser ces différents niveaux. C’est ainsi qu’il développe des techniques lui permettant de pouvoir tester les niveaux de transes vécues par ses patients afin de pouvoir intégrer et adapter le suivi thérapeutique.

En effet, lors d’une séance, dans la grande majorité des cas, le thérapeute va procéder en deux temps. Dans un premier temps, il va questionner le patient afin d’identifier la problématique puis, dans un deuxième temps (même séance ou lors de la suivante), il va induire l’état hypnotique et utiliser la technique du monologue.

La grande innovation d’Elman est donc de pouvoir mener une séance en induisant une transe à l’intérieure du dialogue thérapeutique (à ne pas confondre avec l’hypnose conversationnelle d’Erickson). Cela n’est donc possible que dans la mesure où le thérapeute sait reconnaître les différents niveaux de transes.

Une autre différence importante par rapport aux tendances ericksonienne ou PNListes (programmation neuro-linguistique) est que l’hypnose elmanienne fonctionne sur un rapport simple établit entre le patient et le thérapeute: l’accord initial.