Hypnose et thérapeutique

La particularité de cette discipline réside dans le fait que la thérapie se déroule sous hypnose. Ainsi, l’hypnothérapeute doit être en mesure d’induire chez le patient le niveau de transe performant en fonction de l’objectif poursuivi. Mais également d’avoir la capacité d’exploiter la transe dans une visée thérapeutique. 


Un hypnothérapeute qui ne sait qu’induire des états de transes est un hypnotiste mais pas un thérapeute.

L’exercice de cette profession est particulièrement exigeant. Elle requiert une forte capacité de concentration de la part de l’hypnothérapeute qui doit travailler sur plusieurs plans simultanément : induction et stabilisation/gestion du niveau de transe et axe thérapeutique.

L'hypnothérapeute se doit d'accompagner un patient dans un processus de guérison. Il convient en préambule de créer un champ thérapeutique (performatif), basé sur la confiance. A défaut, la thérapie sera un échec. Et ceci n’est possible que si l’hypnothérapeute réussit à trouver un langage, un canal de communication commun. 


Pour l’hypnothérapeute, il est fondamental de percevoir les contours de la manière dont le patient se représente le monde selon ses propres systèmes de représentation. La difficulté réside dans l’utilisation du langage courant  non comme une fin mais comme un moyen pour découvrir le sens caché des paroles exprimées en tant qu’elles sont porteuses de systèmes de croyances généralement subconscientes (non formulées ou non formulables consciemment). Dans cette quête de sens, l’utilisation de la technique du « recadrage » qui implique le recours aux métaphores, analogies et jeux de rôle optimise l’accès au sens caché de la parole.

En effet, la transe a pour effet de modifier les facultés cognitives. Le patient s’exprime alors de manière désinhibée, dans un état de grande fragilité émotionnelle. Le son de sa voix et ses modalités d’expression se transforment. L’expression du langage s’apparente à celui d’un petit enfant. A cet endroit toute erreur de compréhension de la part du thérapeute peut avoir des conséquences.

L’hypnothérapie travaille sur les liens étroits entre le corps et la pensée. Elle a démontré son efficacité pour de nombreux problèmes de santé physique et psychique. En voici quelques exemples : 

Accroissement de la confiance en soi, perte de poids, douleurs chroniques (dos, arthrite, etc.), abandon d’habitudes néfastes (tabac, alcool, etc.), diminution du stress et de l’anxiété, phobies, hypertension artérielle, problèmes de peau (eczéma, etc.), asthme, allergies, fibromyalgie, troubles du sommeil, burn-out, dépression, maladies auto-immunes, troubles sexuels, efficacité personnelle, concentration et amélioration des capacités d’apprentissage, préparation à l’accouchement, épanouissement personnel, développement de la créativité.

Pour les maladies et plus spécifiquement pour le cancer, la sclérose en plaques ou le SIDA, l’expérience a mis en évidence les bienfaits de l’hypnose comme un complément à la médecine. En calmant l’angoisse et le stress, l’hypnose aide le corps à mobiliser toutes ses ressources pour combattre la maladie et retrouver une meilleure santé.